Les martyrs : recueils de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle . ce que nos temps ont vu saccomplir : un Dieu descendantdu ciel pour apparaître au milieu des hommes, et par de mer-veilleux prodiges, des miracles ineffables, guérissant les ma-lades, rendant les hommes dignes du royaume des cieux. Sapassion, sa mort et sa résurrection ont été pareillement décritesavec la plus grande exactitude par les mêmes prophètes. LesChaldéens, les Mages, les plus sages de la Perse, en sont lestémoins, eux qui, instruits par le mouvement des astres, ont

- Image ID: 2AJJP0C
Les martyrs : recueils de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle . ce que nos temps ont vu saccomplir : un Dieu descendantdu ciel pour apparaître au milieu des hommes, et par de mer-veilleux prodiges, des miracles ineffables, guérissant les ma-lades, rendant les hommes dignes du royaume des cieux. Sapassion, sa mort et sa résurrection ont été pareillement décritesavec la plus grande exactitude par les mêmes prophètes. LesChaldéens, les Mages, les plus sages de la Perse, en sont lestémoins, eux qui, instruits par le mouvement des astres, ont Stock Photo
Enlarge
https://www.alamy.com/licenses-and-pricing/?v=1 https://www.alamy.com/les-martyrs-recueils-de-pices-authentiques-sur-les-martyrs-depuis-les-origines-du-christianisme-jusquau-xxe-sicle-ce-que-nos-temps-ont-vu-saccomplir-un-dieu-descendantdu-ciel-pour-apparatre-au-milieu-des-hommes-et-par-de-mer-veilleux-prodiges-des-miracles-ineffables-gurissant-les-ma-lades-rendant-les-hommes-dignes-du-royaume-des-cieux-sapassion-sa-mort-et-sa-rsurrection-ont-t-pareillement-dcritesavec-la-plus-grande-exactitude-par-les-mmes-prophtes-leschaldens-les-mages-les-plus-sages-de-la-perse-en-sont-lestmoins-eux-qui-instruits-par-le-mouvement-des-astres-ont-image338473196.html
Les martyrs : recueils de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle . ce que nos temps ont vu saccomplir : un Dieu descendantdu ciel pour apparaître au milieu des hommes, et par de mer-veilleux prodiges, des miracles ineffables, guérissant les ma-lades, rendant les hommes dignes du royaume des cieux. Sapassion, sa mort et sa résurrection ont été pareillement décritesavec la plus grande exactitude par les mêmes prophètes. LesChaldéens, les Mages, les plus sages de la Perse, en sont lestémoins, eux qui, instruits par le mouvement des astres, ont
The Reading Room / Alamy Stock Photo
Image ID: 2AJJP0C
Les martyrs : recueils de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du christianisme jusqu'au XXe siècle . ce que nos temps ont vu saccomplir : un Dieu descendantdu ciel pour apparaître au milieu des hommes, et par de mer-veilleux prodiges, des miracles ineffables, guérissant les ma-lades, rendant les hommes dignes du royaume des cieux. Sapassion, sa mort et sa résurrection ont été pareillement décritesavec la plus grande exactitude par les mêmes prophètes. LesChaldéens, les Mages, les plus sages de la Perse, en sont lestémoins, eux qui, instruits par le mouvement des astres, ontconnu sa naissance selon la chair, et qui, les premiers, layantreconnu pour Dieu, lui ont offert leurs présents comme à unDieu. Il a fait dailleurs des miracles sans nombre et des plusgrands : il a changé leau en vin ; avec cinq pains et deux pois-sons, il a rassasié cinq mille hommes dans le désert ; sa paroleguérissait les malades ; il marchait sur les eaux comme il eûtfait sur la terre ferme. La nature du feu a reconnu sa puissance;à sa voix, des morts sont ressuscites ; dune seule parole il a. XX Les Martgrs donné la vue à des aveugles de naissance; il a rendu des boiteuxprompts et agiles ; il a rappelé à la vie des morts ensevelisdepuis quatre jours. Quelle parole pourrait suffire à racontertous les prodiges quil a faits, et par lesquels il a démontréquil était Dieu, et non pas un homme ? » Pendant ce discours du martyr, toute la multitude des ido-lâtres sagitait furieuse comme une mer démontée Les prêtresdéchiraient leurs vêtements et, les cheveux épars, mettaient enpièce leurs couronnes. Le peuple braillait, accusait le consu-laire lui-même doublier les droits de la justice contre unhomme qui avait mérité là flagellation et la mort, pour avoirouvertement blasphémé contre la clémence des dieux, aveclimpudente ostentation dun rhéteur. On devait sur-le-chample faire étendre sur le chevalet, et venger par son supplice lesdieux ou