Traité de médecine et de thérapeutique .
RM2AM009BTraité de médecine et de thérapeutique .
Traité de médecine et de thérapeutique . WÊÊ mMwM.
RM2AM0A1BTraité de médecine et de thérapeutique . WÊÊ mMwM.
Traité d'hygiène . o|iecimeu en noirligures de lAtlas colo-rié de Microbiologie. ENVOI FRANCO CONTRE UN MANDAT SUR TRAITÉ DE MÉDECINE Traité de Médecine et de. Thérapeutique
RM2AWPGY5Traité d'hygiène . o|iecimeu en noirligures de lAtlas colo-rié de Microbiologie. ENVOI FRANCO CONTRE UN MANDAT SUR TRAITÉ DE MÉDECINE Traité de Médecine et de. Thérapeutique
Traité de médecine et de thérapeutique . Fig. 49. — Ascaride lombricoïde ; extrémité pos-térieure du mâle. dessous. Dans les deux sexes, la bouche estpourvue de trois lèvres, une supérieure etdeux inférieures, munies de papilles tactiles ;lappareil labial représente un bouton trilobé.
RM2AKYD41Traité de médecine et de thérapeutique . Fig. 49. — Ascaride lombricoïde ; extrémité pos-térieure du mâle. dessous. Dans les deux sexes, la bouche estpourvue de trois lèvres, une supérieure etdeux inférieures, munies de papilles tactiles ;lappareil labial représente un bouton trilobé.
Traité de médecine et de thérapeutique . Fig. 38. — Ténia inerme représenté en petit et dans son ensemble. pigment dabondance variable qui se trouve aussi sur les parties voisinesayant laspect de lignes ou de points. (Laboulbène, Constantin Paul.) Le cou est assez long, cependant moinseffilé que celui du Taenia solium, et par-semé de nombreux corpuscules calcaires..
RM2AKYGPPTraité de médecine et de thérapeutique . Fig. 38. — Ténia inerme représenté en petit et dans son ensemble. pigment dabondance variable qui se trouve aussi sur les parties voisinesayant laspect de lignes ou de points. (Laboulbène, Constantin Paul.) Le cou est assez long, cependant moinseffilé que celui du Taenia solium, et par-semé de nombreux corpuscules calcaires..
Traité de médecine et de thérapeutique . transformée en une escarre. GASTRITES CHRONIQUES. —Les gastrites chroniques peuventse diviser en : 1° gastrite parenchymateuse ou glandulaire ; 2° gastriteinterstitielle ; 3° gastrite mixte ; enfin il existe deux modes determinaison de ces processus : 1° la transformation muqueuse ;2° latrophie. I. Gastrite parenchymateuse ou glandulaire. — La gastriteparenchymateuse pure, sans épaississement du tissu interstitiel, est laplus rare des gastrites. Elle comprend deux formes : lhyperplasiqueet la dégénérative. A. La gastrite parenchymateuse hyperplasique af
RM2AM0B3YTraité de médecine et de thérapeutique . transformée en une escarre. GASTRITES CHRONIQUES. —Les gastrites chroniques peuventse diviser en : 1° gastrite parenchymateuse ou glandulaire ; 2° gastriteinterstitielle ; 3° gastrite mixte ; enfin il existe deux modes determinaison de ces processus : 1° la transformation muqueuse ;2° latrophie. I. Gastrite parenchymateuse ou glandulaire. — La gastriteparenchymateuse pure, sans épaississement du tissu interstitiel, est laplus rare des gastrites. Elle comprend deux formes : lhyperplasiqueet la dégénérative. A. La gastrite parenchymateuse hyperplasique af
Traité de médecine et de thérapeutique . cancer se développerait assez souventaux dépens de productions polyadénomateuses polypeuses ou ennappe. Les polyadénones polypeux donneraient naissance à un épi-thélioma cylindrique typique, qui progressivement aboutirait à uneforme de carcinome à grosses cellules polymorphes, le polyadénomeen nappe se transformerait immédiatement en carcinome à petitescellules, sans passer par un stade dépithéliome typique. Daprès M. P. Raymond, lépithélioma gastrique peut se développer (1) P. Raymond. Note sur le développement du cancer de lestomac (Revue demédecine,
RM2AKYRBGTraité de médecine et de thérapeutique . cancer se développerait assez souventaux dépens de productions polyadénomateuses polypeuses ou ennappe. Les polyadénones polypeux donneraient naissance à un épi-thélioma cylindrique typique, qui progressivement aboutirait à uneforme de carcinome à grosses cellules polymorphes, le polyadénomeen nappe se transformerait immédiatement en carcinome à petitescellules, sans passer par un stade dépithéliome typique. Daprès M. P. Raymond, lépithélioma gastrique peut se développer (1) P. Raymond. Note sur le développement du cancer de lestomac (Revue demédecine,
Traité de médecine et de thérapeutique . Fig. 11. — Coupe comprenant toute lépaisseur de la muqueuse. — Région pep-tique. — Gastrite interstitielle subaiguë. — Infiltration embryonnaire diffusegénéralisée. — Grossissement 90 diamètres. ment colorés que ceux des cellules dites embryonnaires ou lym-phoïdes. Ces éléments clairs sont de véritables cellules migratrices. Lorsquilsse rencontrent en nombre considérable, ils sont lindice dun degréplus ou moins élevé dacuité de la lésion. Plus ils sont abondants, pluse processus est actif. Dans certains cas franchement aigus, lenvahissement leucocytaire
RM2AM0CR9Traité de médecine et de thérapeutique . Fig. 11. — Coupe comprenant toute lépaisseur de la muqueuse. — Région pep-tique. — Gastrite interstitielle subaiguë. — Infiltration embryonnaire diffusegénéralisée. — Grossissement 90 diamètres. ment colorés que ceux des cellules dites embryonnaires ou lym-phoïdes. Ces éléments clairs sont de véritables cellules migratrices. Lorsquilsse rencontrent en nombre considérable, ils sont lindice dun degréplus ou moins élevé dacuité de la lésion. Plus ils sont abondants, pluse processus est actif. Dans certains cas franchement aigus, lenvahissement leucocytaire
Traité d'hygiène . Fig. 529. — Paralysie faciale. A. GILBERT. Professeur de thérapeutique à la Faculté de Médecine de Paris,Médecin de lHôpital Broussais. 10 mars 1905. arl.oaibilicale ourcupzeépiaaslriyuè. canaldèfcrenl /£g| fossetteinguinale fussçlle fossette irigui)talc ingtzijialctncyejyit interne Fig. 375. — Fossettes inguinales. E. LITTRE - A. GILBERT Dictionnaire de Médecine Le Dictionnaire de médecine de Littré est certainement le plusgrand succès de la librairie médicale de notre époque, et il sexpliquenon seulement par la valeur scientifique du livre, mais par lanécessité, quand on l
RM2AWPJHETraité d'hygiène . Fig. 529. — Paralysie faciale. A. GILBERT. Professeur de thérapeutique à la Faculté de Médecine de Paris,Médecin de lHôpital Broussais. 10 mars 1905. arl.oaibilicale ourcupzeépiaaslriyuè. canaldèfcrenl /£g| fossetteinguinale fussçlle fossette irigui)talc ingtzijialctncyejyit interne Fig. 375. — Fossettes inguinales. E. LITTRE - A. GILBERT Dictionnaire de Médecine Le Dictionnaire de médecine de Littré est certainement le plusgrand succès de la librairie médicale de notre époque, et il sexpliquenon seulement par la valeur scientifique du livre, mais par lanécessité, quand on l
Traité de médecine et de thérapeutique . pylorique. — Transformationmuqueuse complète. — Il ne reste,dans le tissu interstitiel épaissi etscléreux, aucune trace des glandesanciennes. — Grossissement 100 dia-mètres. 358 G. HiYEM ET G. LION. — MALADIES DE LESTOMAC. Au deuxième stade, la transformation se dessine et Ton voit seproduire aux dépens de lépithélium proliféré des collets des bour-geons embryonnaires qui poussent des prolongements simples oudigités dans les cavités des glandes anciennes, auxquelles ils vontbientôt se substituer. La muqueuse paraît alors formée de deuxétages de constitu
RM2AM05W7Traité de médecine et de thérapeutique . pylorique. — Transformationmuqueuse complète. — Il ne reste,dans le tissu interstitiel épaissi etscléreux, aucune trace des glandesanciennes. — Grossissement 100 dia-mètres. 358 G. HiYEM ET G. LION. — MALADIES DE LESTOMAC. Au deuxième stade, la transformation se dessine et Ton voit seproduire aux dépens de lépithélium proliféré des collets des bour-geons embryonnaires qui poussent des prolongements simples oudigités dans les cavités des glandes anciennes, auxquelles ils vontbientôt se substituer. La muqueuse paraît alors formée de deuxétages de constitu
Traité de médecine et de thérapeutique . denveloppe incomplète,ils ressemblent alors à de petits abcès. Quils soient aérolaires ouplus condensés, ils comprennent parfois dans leur masse des frag-ments de tubes glandulaires nécrobiosés. Comme les nappes, lesamas cellulaires peuvent se produire plus profondément, immédia-tement au-dessous de la muscularis mucosœ. Les petites cellules qui composent les infiltrations sont considéréescomme embryonnaires ou lymphoïdes. Elles apparaissent générale-ment, dans les préparations traitées par lhématoxyline, comme for-mées dun petit corps protoplasmique ar
RM2AM0D97Traité de médecine et de thérapeutique . denveloppe incomplète,ils ressemblent alors à de petits abcès. Quils soient aérolaires ouplus condensés, ils comprennent parfois dans leur masse des frag-ments de tubes glandulaires nécrobiosés. Comme les nappes, lesamas cellulaires peuvent se produire plus profondément, immédia-tement au-dessous de la muscularis mucosœ. Les petites cellules qui composent les infiltrations sont considéréescomme embryonnaires ou lymphoïdes. Elles apparaissent générale-ment, dans les préparations traitées par lhématoxyline, comme for-mées dun petit corps protoplasmique ar
Traité de médecine et de thérapeutique . Fi „ 9.— Portion dune coupe dela région peptique. — Étatgrenu (cellules principales etcellules de bordure). — Gros-sissement 300 diamètres. Fig. 10. — Portion dune coupe de la régionpeptique. — Partie inférieure des tubes. —Dégénérescence translucide des éléments (cel-lules de bordure). — Cas dabsinthisme. —Grossissement 300 diamètres. cibsinthique) (fig. 10). Elle débute, comme la précédente, par unemultiplication cellulaire et un état grenu des cellules multipliées.Le corps de ces éléments fixe mal les colorants habituels, alors que lesnoyaux sont enc
RM2AM0DNJTraité de médecine et de thérapeutique . Fi „ 9.— Portion dune coupe dela région peptique. — Étatgrenu (cellules principales etcellules de bordure). — Gros-sissement 300 diamètres. Fig. 10. — Portion dune coupe de la régionpeptique. — Partie inférieure des tubes. —Dégénérescence translucide des éléments (cel-lules de bordure). — Cas dabsinthisme. —Grossissement 300 diamètres. cibsinthique) (fig. 10). Elle débute, comme la précédente, par unemultiplication cellulaire et un état grenu des cellules multipliées.Le corps de ces éléments fixe mal les colorants habituels, alors que lesnoyaux sont enc