Éléments d'archéologie chrétienne . llés en rois ;ils portent le bonnet phrygien et le costume de grandspersonnages persans, comme S S. Abdon et Sennen dans lapeinture du cimetière de Pontien. Les Romains aimaientcette scène, qui rappelait la vocation des Gentils à la foi. Le BAPTÊME DE Notre-Seigneuk. — Sujet rare, quelon voit pourtant dansles cryptes de Lucine :S. Jean reçoit NotreSeigneur au moment oùil sort de leau ; la pré-sence de la colombe,figure du Saint-Esprit,prouve quil ne sagitpas dun baptême quel-conque, mais du bap-tême du Sauveur. Les >riRACLES évangéliQUES. — Ceux quon trou

- Image ID: 2ANC7KE
Éléments d'archéologie chrétienne . llés en rois ;ils portent le bonnet phrygien et le costume de grandspersonnages persans, comme S S. Abdon et Sennen dans lapeinture du cimetière de Pontien. Les Romains aimaientcette scène, qui rappelait la vocation des Gentils à la foi. Le BAPTÊME DE Notre-Seigneuk. — Sujet rare, quelon voit pourtant dansles cryptes de Lucine :S. Jean reçoit NotreSeigneur au moment oùil sort de leau ; la pré-sence de la colombe,figure du Saint-Esprit,prouve quil ne sagitpas dun baptême quel-conque, mais du bap-tême du Sauveur. Les >riRACLES évangéliQUES. — Ceux quon trou Stock Photo
Enlarge
https://www.alamy.com/licenses-and-pricing/?v=1 https://www.alamy.com/lments-darchologie-chrtienne-lls-en-rois-ils-portent-le-bonnet-phrygien-et-le-costume-de-grandspersonnages-persans-comme-s-s-abdon-et-sennen-dans-lapeinture-du-cimetire-de-pontien-les-romains-aimaientcette-scne-qui-rappelait-la-vocation-des-gentils-la-foi-le-baptme-de-notre-seigneuk-sujet-rare-quelon-voit-pourtant-dansles-cryptes-de-lucine-s-jean-reoit-notreseigneur-au-moment-oil-sort-de-leau-la-pr-sence-de-la-colombefigure-du-saint-espritprouve-quil-ne-sagitpas-dun-baptme-quel-conque-mais-du-bap-tme-du-sauveur-les-gtriracles-vangliques-ceux-quon-trou-image340174226.html
Éléments d'archéologie chrétienne . llés en rois ;ils portent le bonnet phrygien et le costume de grandspersonnages persans, comme S S. Abdon et Sennen dans lapeinture du cimetière de Pontien. Les Romains aimaientcette scène, qui rappelait la vocation des Gentils à la foi. Le BAPTÊME DE Notre-Seigneuk. — Sujet rare, quelon voit pourtant dansles cryptes de Lucine :S. Jean reçoit NotreSeigneur au moment oùil sort de leau ; la pré-sence de la colombe,figure du Saint-Esprit,prouve quil ne sagitpas dun baptême quel-conque, mais du bap-tême du Sauveur. Les >riRACLES évangéliQUES. — Ceux quon trou
The Reading Room / Alamy Stock Photo
Image ID: 2ANC7KE
Éléments d'archéologie chrétienne . llés en rois ;ils portent le bonnet phrygien et le costume de grandspersonnages persans, comme S S. Abdon et Sennen dans lapeinture du cimetière de Pontien. Les Romains aimaientcette scène, qui rappelait la vocation des Gentils à la foi. Le BAPTÊME DE Notre-Seigneuk. — Sujet rare, quelon voit pourtant dansles cryptes de Lucine :S. Jean reçoit NotreSeigneur au moment oùil sort de leau ; la pré-sence de la colombe,figure du Saint-Esprit,prouve quil ne sagitpas dun baptême quel-conque, mais du bap-tême du Sauveur. Les >riRACLES évangéliQUES. — Ceux quon trouvedans les Catacombes sont : la multiplication des pains, lesnoces de Cana, la guérison de laveugle-né (plus souvent surles sarcophages que dans les fresques), la résurrection deLazare. Ce dernier miracle est le plus fréquemment repré-senté. Dès le Ile siècle, il a été peint dans la chapellegrecque. La résurrection de Lazare nétant racontée quepar S. Jean (i), cest une preuve que les premiers chrétiens. I. Joan,, XI. 314 ÉLÉMENTS DARCPIÉOLOGIE CHRÉTIENNE. regardaient le quatrième évangile comme canonique aussibien que les trois synoptiques. Cependant pour les détails« les peintres des catacombes ne sinspirent point du récitde S. Jean. Lhistoire de la résurrection de Lazare se pré-sentait aux âmes chrétiennes comme le plus frappant symbolede la résurrection future, du salut promis par le Rédempteur;elle était invoquée en ce sens par les liturgies funéraires ;cest en ce sens, cest-à-dire symboliquement, quil convenaitde la représenter aux Catacombes. Pour cette représentationsymbolique, les détails sont superflus ; deux personnagessuffisent à rendre la scène reconnaissable, le Christ et Lazare.Ce qui caractérise le Christ thaumaturge, cest la verge quiltient en main, la verge, chez les anciens et dans la Bible,signe dune puissance bienfaisante, dune force émanée deDieu. Ce qui caractérise Lazare ressuscité, cest le to

Search stock photos by tags