Alamy logo

. Les merveilles du nouveau Paris-- . Sauvai, en prome-nant ses regards sur la ville, « on voit la distribution etle cours de toutes les rues, comme les veines du corpshumain. » Nous parlerons ici de deux bois qui, quoique situés endehors de lenceinte fortifiée, font partie intégrante de lavie parisienne. Cest dabord le bois de Boulogne, lorgueil et le lieu deprédilection de tout véritable Parisien. Il sétend à louest deParis, de la porte Maillot au bord de la Seine. Ce bois, dé-bris de la forêt de Rouvray, fut négligé jusque sous le pre-mier Empire : Napoléon Ier y fit tracer quelques routes,

. Les merveilles du nouveau Paris-- . Sauvai, en prome-nant ses regards sur la ville, « on voit la distribution etle cours de toutes les rues, comme les veines du corpshumain. » Nous parlerons ici de deux bois qui, quoique situés endehors de lenceinte fortifiée, font partie intégrante de lavie parisienne. Cest dabord le bois de Boulogne, lorgueil et le lieu deprédilection de tout véritable Parisien. Il sétend à louest deParis, de la porte Maillot au bord de la Seine. Ce bois, dé-bris de la forêt de Rouvray, fut négligé jusque sous le pre-mier Empire : Napoléon Ier y fit tracer quelques routes, Stock Photo
Preview

Image details

Contributor:

Reading Room 2020 / Alamy Stock Photo

Image ID:

2CHFKAY

File size:

7.1 MB (0.6 MB Compressed download)

Releases:

Model - no | Property - noDo I need a release?

Dimensions:

1334 x 1873 px | 22.6 x 31.7 cm | 8.9 x 12.5 inches | 150dpi

More information:

This image is a public domain image, which means either that copyright has expired in the image or the copyright holder has waived their copyright. Alamy charges you a fee for access to the high resolution copy of the image.

This image could have imperfections as it’s either historical or reportage.

. Les merveilles du nouveau Paris-- . Sauvai, en prome-nant ses regards sur la ville, « on voit la distribution etle cours de toutes les rues, comme les veines du corpshumain. » Nous parlerons ici de deux bois qui, quoique situés endehors de lenceinte fortifiée, font partie intégrante de lavie parisienne. Cest dabord le bois de Boulogne, lorgueil et le lieu deprédilection de tout véritable Parisien. Il sétend à louest deParis, de la porte Maillot au bord de la Seine. Ce bois, dé-bris de la forêt de Rouvray, fut négligé jusque sous le pre-mier Empire : Napoléon Ier y fit tracer quelques routes, etle purgea des malfaiteurs et des vagabonds qui y trouvaientun refuge. Les invasions de 1814 et de 1815 lui furentfunestes : les plus beaux arbres furent abattus et incendiéspar les soldats étrangers, et les travaux anéantis. Un décretde 1852 fit don à la ville de Paris du bois de Boulogne, quiappartenait à lÉtat, à la condition demployer deux millionsde francs en quatre ans à son embellissement. Les travaux. PRÉ-CATELAN. 103 sont complètement terminés et ont fait de ce bois un parcqui na pas son pareil au monde. Cette promenade est tropéloignée pour la population active de Paris; aussi, dansla semaine, ny voit-on que les oisifs et les heureux dece monde qui viennent sy promener en calèche et àcheval. On y rencontre, dit M. Fréville, un lac dune rivière char-mante alimenté par la pompe à feu de Chaillot au moyendun conduit souterrain. On y a ménagé deux îles reliéesentre elles par un pont. Dans une de ces îles sélève le plusélégant chalet suisse quon puisse voir et dont on a eu lheu-reuse idée de faire un restaurant. Un peu en avant, setrouve la cascade de Longchamps, dont les travaux, com-mencés en avril 1856, ont été terminés en cinq mois. Cettecascade fait couler 1200 mètres cubes deau à lheure. Lanappe principale, tombant de 9 mètres de hauteur, se brisesur les rochers de la manière la plus pittoresque. Quand onpense que