Alamy logo

. Les merveilles du nouveau Paris-- . pagedenfer, caractérisé par le couplet suivant dune chansoncanotière en vogue alors : Quand on entend du branle-bas. Que parla fenêtre volent les plats, Qu le pèr Jambon effarouche S laisse tomber dans sa fritu, u, u. re. Le bourgeois qui s promèn par là Peut êtrcertain, sil n le voit pas, Qu des canotiers très-distingués Sont en train d prendre leur nourritu, u, u, re. Maintenant on est plus gai dune façon moins matelo-tesque : le canotier se livre bien parfois à des excentricitéschorégraphiques qui effarouchent la morale et la vertu dansla personne du ga

. Les merveilles du nouveau Paris-- . pagedenfer, caractérisé par le couplet suivant dune chansoncanotière en vogue alors : Quand on entend du branle-bas. Que parla fenêtre volent les plats, Qu le pèr Jambon effarouche S laisse tomber dans sa fritu, u, u. re. Le bourgeois qui s promèn par là Peut êtrcertain, sil n le voit pas, Qu des canotiers très-distingués Sont en train d prendre leur nourritu, u, u, re. Maintenant on est plus gai dune façon moins matelo-tesque : le canotier se livre bien parfois à des excentricitéschorégraphiques qui effarouchent la morale et la vertu dansla personne du ga Stock Photo
Preview

Image details

Contributor:

Reading Room 2020 / Alamy Stock Photo

Image ID:

2CH9DRH

File size:

7.1 MB (0.7 MB Compressed download)

Releases:

Model - no | Property - noDo I need a release?

Dimensions:

1284 x 1945 px | 21.7 x 32.9 cm | 8.6 x 13 inches | 150dpi

More information:

This image is a public domain image, which means either that copyright has expired in the image or the copyright holder has waived their copyright. Alamy charges you a fee for access to the high resolution copy of the image.

This image could have imperfections as it’s either historical or reportage.

. Les merveilles du nouveau Paris-- . pagedenfer, caractérisé par le couplet suivant dune chansoncanotière en vogue alors : Quand on entend du branle-bas. Que parla fenêtre volent les plats, Qu le pèr Jambon effarouche S laisse tomber dans sa fritu, u, u. re. Le bourgeois qui s promèn par là Peut êtrcertain, sil n le voit pas, Qu des canotiers très-distingués Sont en train d prendre leur nourritu, u, u, re. Maintenant on est plus gai dune façon moins matelo-tesque : le canotier se livre bien parfois à des excentricitéschorégraphiques qui effarouchent la morale et la vertu dansla personne du garde municipal; la canotière fume peut-êtreavec trop dabandon la fine cigarette, mais ne faut-il pasuser dun peu dindulgence? Plusieurs sociétés nautiques se sont formées pour encou-rager le canotage ; parmi elles nous citerons la Société desRégates parisiennes et le Sport nautique. Grâce à elles, nousavons des fêtes charmantes qui, parfois, rappellent les bellesnuits de Venise, remplies damour et de mystère.. ROBINSON. 347 LA PLACE LOUVOIS. Sur la place Louvois, occupée aujourdhui par un de cesgentils jardins si bêtement baptisés du nom de squares,sélevait, en 1820, la salle de lOpéra. Cest en sortant decette salle, le 13 février 1820, que le duc de Berri fut assas-siné parLouvel. Lassassin fut arrêté par un nommé Paul-mier, garçon au café Hardi, qui passait en ce momentrue Richelieu, et auquel un garde royal prêta main-forte.Paulmier fut appelé aux Tuileries ; on lui demanda quellerécompense il voulait, et il répondit que son plus granddésir était dexploiter un café à lui. « Et combien dargentvous faudrait-il pour cela? — Beaucoup ; au moins trentemille francs. » On lui en donna quarante mille; il en dépensa la moitiépour acquérir le café situé au coin de la rue Saint-Honoréet de la place du Palais-Royal, et, deux ans après, il fer-mait boutique. Alors il sadressa à la duchesse de Berri pourobtenir un nouveau secours, m