Histoire de l'art pendant la Renaissance . bin. Cette collection, dontlaccroissement était prin-cipalement dû aux efforts,dailleurs nullement désin-téressés, de Vespasiano,coûta au duc quelque chosecomme 3oooo ducats (unmillion et demi de francs);elle comprenait 772 ma-nuscrits, dont 93 grecs et72 hébreux. On sait quelleforme aujourdhui un desprincipaux fonds de la bi-bliothèque du Vatican *. Pour ce prince qui sut si bien organiser sa vie, le culte du beau sous toutesses formes nétait pas seulement un exemple quil devait à son pays et à sontemps, cétait également un besoin vital. Aussi jamais

- Image ID: 2AWJT5A
Histoire de l'art pendant la Renaissance . bin. Cette collection, dontlaccroissement était prin-cipalement dû aux efforts,dailleurs nullement désin-téressés, de Vespasiano,coûta au duc quelque chosecomme 3oooo ducats (unmillion et demi de francs);elle comprenait 772 ma-nuscrits, dont 93 grecs et72 hébreux. On sait quelleforme aujourdhui un desprincipaux fonds de la bi-bliothèque du Vatican *. Pour ce prince qui sut si bien organiser sa vie, le culte du beau sous toutesses formes nétait pas seulement un exemple quil devait à son pays et à sontemps, cétait également un besoin vital. Aussi jamais Stock Photo
Enlarge
https://www.alamy.com/licenses-and-pricing/?v=1 https://www.alamy.com/histoire-de-lart-pendant-la-renaissance-bin-cette-collection-dontlaccroissement-tait-prin-cipalement-d-aux-effortsdailleurs-nullement-dsin-tresss-de-vespasianocota-au-duc-quelque-chosecomme-3oooo-ducats-unmillion-et-demi-de-francselle-comprenait-772-ma-nuscrits-dont-93-grecs-et72-hbreux-on-sait-quelleforme-aujourdhui-un-desprincipaux-fonds-de-la-bi-bliothque-du-vatican-pour-ce-prince-qui-sut-si-bien-organiser-sa-vie-le-culte-du-beau-sous-toutesses-formes-ntait-pas-seulement-un-exemple-quil-devait-son-pays-et-sontemps-ctait-galement-un-besoin-vital-aussi-jamais-image342777494.html
Histoire de l'art pendant la Renaissance . bin. Cette collection, dontlaccroissement était prin-cipalement dû aux efforts,dailleurs nullement désin-téressés, de Vespasiano,coûta au duc quelque chosecomme 3oooo ducats (unmillion et demi de francs);elle comprenait 772 ma-nuscrits, dont 93 grecs et72 hébreux. On sait quelleforme aujourdhui un desprincipaux fonds de la bi-bliothèque du Vatican *. Pour ce prince qui sut si bien organiser sa vie, le culte du beau sous toutesses formes nétait pas seulement un exemple quil devait à son pays et à sontemps, cétait également un besoin vital. Aussi jamais
The Reading Room / Alamy Stock Photo
Image ID: 2AWJT5A
This image is a public domain image, which means either that copyright has expired in the image or the copyright holder has waived their copyright. Alamy charges you a fee for access to the high resolution copy of the image.
Histoire de l'art pendant la Renaissance . bin. Cette collection, dontlaccroissement était prin-cipalement dû aux efforts,dailleurs nullement désin-téressés, de Vespasiano,coûta au duc quelque chosecomme 3oooo ducats (unmillion et demi de francs);elle comprenait 772 ma-nuscrits, dont 93 grecs et72 hébreux. On sait quelleforme aujourdhui un desprincipaux fonds de la bi-bliothèque du Vatican *. Pour ce prince qui sut si bien organiser sa vie, le culte du beau sous toutesses formes nétait pas seulement un exemple quil devait à son pays et à sontemps, cétait également un besoin vital. Aussi jamais Mécène napporta-t-ilmoins dostentation dans ses entreprises. Les loisirs de Frédéric étaient partagésentre lenrichissement de sa bibliothèque, la construction et lembellissementde son palais dUrbin, dont il voulait faire — ce sont ses propres expressions —« una habitatione bella e degna quanto si conviene alla conditione e laudabilfama delli nostri progenitori et anco alla conditione nostra » -. Sa bibliothèque. Frédéric, duc dUrbin, par Piero délia Francesca.(Musée des Offices à Florence.) 1. Linventaire en a. été publié dans le Gionialc storico tlcgli Archivi toscaiii, 1862-186.1. Voy.aussi : Il Raffaello, 1874; t. VI. 2. Gave, Carfeggio, t. I, p. 214. i34 HISTOIRE DE LART PENDANT LA RENAISSANCE. lui fournissait la matière de lectures quotidiennes, que quatre courtisansavaient pour mission de faire à voix haute pendant les repas. Quant au palaisdUrbin, comme dailleurs pour les palais de Gubbio, de Cagli, de Fossombrone,de Castel Durante, et les innombrables citadelles réédifiées par ses soins*, lesplans en étaient lœuvre personnelle de Frédéric. Son libraire et biographe,Vespasiano dei Bisticci, nous dit formellement quaprès avoir pris lavis desarchitectes, le duc indiquait à son tour les mesures des édifices à construire; ilsemblait, ajoute-t-il, à lentendre raisonner sur de telles matières, quil eût passésa vie à cultive