. Dictionnaire d'horticulture illustré / par D. Bois préface de Maxime Cornu avec la collaboration de E. André ... [et al.]. . Fig. 931. Ver de terre. 1. en place Annélides (Vers de terre, Sangsues, etc.). Il faut éviter de confondre avec ces animaux les larves des Insectes qui ont toujours des pattes au moins rudimentaires, même quand ils ont toute l'apparence de vers (les larves des Diptères, par exemple). ⢠Dr Trt. VERS DE TERRE. (Fig. 931.) Pour les natu- ralistes, ces animaux sont des Annélides de la sous-classe des Chétopodes et de l'ordre des Oli- goclùtes, constituant le g

- Image ID: MEK0H7
. Dictionnaire d'horticulture illustré / par D. Bois préface de Maxime Cornu avec la collaboration de E. André ... [et al.]. . Fig. 931. Ver de terre. 1. en place Annélides (Vers de terre, Sangsues, etc.). Il faut éviter de confondre avec ces animaux les larves des Insectes qui ont toujours des pattes au moins rudimentaires, même quand ils ont toute l'apparence de vers (les larves des Diptères, par exemple). ⢠Dr Trt. VERS DE TERRE. (Fig. 931.) Pour les natu- ralistes, ces animaux sont des Annélides de la sous-classe des Chétopodes et de l'ordre des Oli- goclùtes, constituant le g
The Bookworm Collection / Alamy Stock Photo
Image ID: MEK0H7
. Dictionnaire d'horticulture illustré / par D. Bois préface de Maxime Cornu avec la collaboration de E. André ... [et al.]. . Fig. 931. Ver de terre. 1. en place Annélides (Vers de terre, Sangsues, etc.). Il faut éviter de confondre avec ces animaux les larves des Insectes qui ont toujours des pattes au moins rudimentaires, même quand ils ont toute l'apparence de vers (les larves des Diptères, par exemple). ⢠Dr Trt. VERS DE TERRE. (Fig. 931.) Pour les natu- ralistes, ces animaux sont des Annélides de la sous-classe des Chétopodes et de l'ordre des Oli- goclùtes, constituant le genre Lombric {Lumbri- cus) Les esp. les plus communes en France sont le Lombric terrestre (L. lerrestris ou agri- cola) et le L. commun {L. communis). Le premier peut atteindre 20 cm. de long et 1 cm. de dia- mètre; l'autre est plus petit, et vit dans le fu- mier, surtout pendant son jeune âge. â Darwin a mis en lumière le rôle des V. de terre dans la formation de la terre végétale ou humus. On peut dire que cette terre si fine, et d'où les plantes tirent leur nourriture, a traversé plu- sieurs fois le canal digestif des Lombrics sans rien perdre de ses qualités nutritives : elle y gagne, au contraire, par le travail de remanie- ment qui s'opère ainsi dans le sol; en effet, les V. ra- mènent à la sur- face l'humus des couches pro- fondes et vice- versa. Les Lom- brics ne sortent de leurs terriers que la nuit; ils se nourrissent de feuilles tombées, de graisse de ca- davre, etc., ava- lant en même temps la terre qui bouche leurs galeries, et dont ils se débarras- sent à la surface du sol sous forme de tortillons que tout le monde connaît. Darwin a calculé que le travail des V. de terre forme annuellement à la surface du sol une couche de 3-5 mm., et comme ils attirent les feuilles tombées dans leur trou, non seulement pour s'en nourrir, mais encore pour tapisser leur galeries, on voit qu'ils jouent un r

Similar stock images