Alamy logo

Candide; ou, L'optimisme; . aient profondément occupés de leurs cartes. « — Mmela baronne de Thunder-ten-tronckh était plus civile, ditCandide. » Cependant labbé sapprocha de loreille de la mar-quise, qui se leva à.moitié, honora Candide dun sou-rire gracieux et Martin dun air de tête tout à fait noble ;elle fit donner un siège et un jeu de cartes à Candide,qui perdit cinquante mille francs en deux tailles, aprèsquoi on soupa très gaîment, et tout le monde étaitétonné que Candide ne fût pas ému de sa perte; leslaquais disaient entre eux, dans leur langage de laquais :« — Il faut que ce soit qu

Candide; ou, L'optimisme; . aient profondément occupés de leurs cartes. « — Mmela baronne de Thunder-ten-tronckh était plus civile, ditCandide. » Cependant labbé sapprocha de loreille de la mar-quise, qui se leva à.moitié, honora Candide dun sou-rire gracieux et Martin dun air de tête tout à fait noble ;elle fit donner un siège et un jeu de cartes à Candide,qui perdit cinquante mille francs en deux tailles, aprèsquoi on soupa très gaîment, et tout le monde étaitétonné que Candide ne fût pas ému de sa perte; leslaquais disaient entre eux, dans leur langage de laquais :« — Il faut que ce soit qu Stock Photo
Preview

Image details

Contributor:

The Reading Room / Alamy Stock Photo

Image ID:

2AX9HX3

File size:

7.1 MB (0.5 MB Compressed download)

Releases:

Model - no | Property - noDo I need a release?

Dimensions:

1331 x 1877 px | 22.5 x 31.8 cm | 8.9 x 12.5 inches | 150dpi

More information:

This image is a public domain image, which means either that copyright has expired in the image or the copyright holder has waived their copyright. Alamy charges you a fee for access to the high resolution copy of the image.

This image could have imperfections as it’s either historical or reportage.

Candide; ou, L'optimisme; . aient profondément occupés de leurs cartes. « — Mmela baronne de Thunder-ten-tronckh était plus civile, ditCandide. » Cependant labbé sapprocha de loreille de la mar-quise, qui se leva à.moitié, honora Candide dun sou-rire gracieux et Martin dun air de tête tout à fait noble ;elle fit donner un siège et un jeu de cartes à Candide,qui perdit cinquante mille francs en deux tailles, aprèsquoi on soupa très gaîment, et tout le monde étaitétonné que Candide ne fût pas ému de sa perte; leslaquais disaient entre eux, dans leur langage de laquais :« — Il faut que ce soit quelque milord anglais. » Le souper fut comme la plupart des soupers de Paris,dabord du silence, ensuite un bruit de paroles quonne distingue point, puis des plaisanteries dont la plu-part sont insipides, de fausses nouvelles, de mauvaisraisonnements, un peu de politique et beaucoup de mé-disance; on parla même de livres nouveaux. « — Avez-vous vu, dit labbé périgourdin, le roman du sieur Gau-. CANDIDE 115 chat, docteur en théologie?— Oui, répondit un des con-vives, mais je nai pu lachever. Nous avons une fouledécrits impertinents; mais tous ensemble napprochentpas de limpertinence de Gauchat, docteur en théologie;je suis si rassasié de cette immensité de détestables livresqui nous inondent, que je me suis mis à ponter au pha-/raon. — Et les Mélanges de larchidiacre Trublet, quendites-vous? dit labbé. — Ah ! dit Mme de Parolignac,lennuyeux mortel! comme il vous dit curieusement tout ^ce que le monde sait! comme il discute pesamment ce |qui ne vaut pas la peine dêtre remarqué légèrement! ?;comme il sappropie, sans esprit, lesprit des autres! icomme il gâte ce quil pille! comme il me dégoûte! jmais il ne me dégoûtera plus, cest assez davoir lu quel- tques pages de larchidiacre. » Il y avait à table un homme savant et de goût quiappuya ce que disait la marquise. On parla ensuite detragédies; la dame demanda pourquoi il y