. Bulletin biologique de la France et de la Belgique. Biology; Natural history. CONTRIBUTIONS A LA CONNAI^^SANCE DES DICYÃMIDES 385 3. â Après toutes ces hypothèses facilement réfutahles, vient la prétendue preuve positive, la présence de corpuscules caudés ressemblant à des spermatozoïdes dans l'infusoriforme, preuve qui a entraîné la conviction de tous les auteurs. Kkppen et Hartmann ont figuré des infusoriformes renfermant de soi-disant spermatozoïdes ; Hartmann n'en a vu qu'un seul, dans une Seiche, et il le considère comme étant venu de l'exté- rieur.. Fig. 55. âDici/ema fi/

- Image ID: RGTDJW
. Bulletin biologique de la France et de la Belgique. Biology; Natural history. CONTRIBUTIONS A LA CONNAI^^SANCE DES DICYÃMIDES 385 3. â Après toutes ces hypothèses facilement réfutahles, vient la prétendue preuve positive, la présence de corpuscules caudés ressemblant à des spermatozoïdes dans l'infusoriforme, preuve qui a entraîné la conviction de tous les auteurs. Kkppen et Hartmann ont figuré des infusoriformes renfermant de soi-disant spermatozoïdes ; Hartmann n'en a vu qu'un seul, dans une Seiche, et il le considère comme étant venu de l'exté- rieur.. Fig. 55. âDici/ema fi/
Library Book Collection / Alamy Stock Photo
Image ID: RGTDJW
. Bulletin biologique de la France et de la Belgique. Biology; Natural history. CONTRIBUTIONS A LA CONNAI^^SANCE DES DICYÃMIDES 385 3. â Après toutes ces hypothèses facilement réfutahles, vient la prétendue preuve positive, la présence de corpuscules caudés ressemblant à des spermatozoïdes dans l'infusoriforme, preuve qui a entraîné la conviction de tous les auteurs. Kkppen et Hartmann ont figuré des infusoriformes renfermant de soi-disant spermatozoïdes ; Hartmann n'en a vu qu'un seul, dans une Seiche, et il le considère comme étant venu de l'exté- rieur.. Fig. 55. âDici/ema fi/pus, contenu de l'urne de l'infusoriforme. â (i. : 3000. En admettant que ces auteurs ne se soient pas trompés, rien ne prouve que les éléments qu'ils prétendent avoir aperçus dans l'urne soient des spermatozoïdes ; il y a moyen de leur trouver une tout autre signification. Quand les infusoriformes ont terminé leur évolution dans le* rhombogène, ils en sortent et on les voit nager en foule dans le liquide rénal ; leur urne renferme toujours alors quatre masses dans chacune desquelles on distingue, non pas trois noyaux, comme on Ta cru jusqu'ici, mais un noyau A^égétatif et deux germes (fîg. 55). La coloration à l'hématoxyline d'Ehrlich per- met de bien se rendre compte qu'il s'agit de deux petites cellu- les enrobées dans une grande cellule folliculeuse. Le développe- ment de l'infusoriforme montre que chacun de ces follicules pro- vient d'une cellule qui s'est divisée en deux, l'une des cellules filles étant rentrée dans l'autre et ayant subi une bipartition. L'infusoriforme emporte donc dans la mer quatre follicules dont le sort noua est inconnu. Qu'il ne transmette pas l'infectipn d'un Céphalopode à l'autre, corriiTie lavait supposé d'abord Ed. van FÃKNEnKN, c'est un fait certain, puisque nous avons vu. Please note that these images are extracted from scanned page images that m

Similar stock images